Tatouage yakuza

Comment cet art traditionnel a été approprié les membres de la mafia japonaise.

Pratiqué par les tout premiers habitants du Japon il y a plusieurs millénaires, le tatouage japonais a traversé les époques pour devenir un art prestigieux reconnu aujourd'hui dans le monde entier. Paradoxalement très tabou dans son pays d'origine, le tattoo japonais souffre en effet d'une image très négative dans la société nippone. En cause ? L'appropriation du tatouage japonais traditionnel par les yakuza, membres de la mafia japonaise.

Tatouage yakuza

Au commencement de son histoire, à la naissance de la civilisation japonaise, le tattoo japonais était pratiqué comme un art décoratif qui servait également à distinguer les membres d'un même groupe social ou d'un même corps de métier. Durant l'ère Edo (1600-1868), les autorités japonaises ont commencé à utiliser le tatouage pour marquer et punir les criminels. Ces signes distinctifs visibles et cette mise à l'écart des hors-la-loi japonais leur ont alors permis de se reconnaître entre eux et de se réunir en organisations criminelles de plus en plus influentes. Les yakuza, membres de la mafia japonaise, sont les descendants de ces rebuts de la société marqués par le tatouage. C'est pourquoi le tatouage yakuza japonais possède une histoire si sombre et fortement liée à la criminalité.

L'irezumi est le tattoo japonais traditionnel que se sont appropriés les membres de la mafia japonaise. Il est devenu l'apanage des yakuza à partir du 19ème siècle et a contribué à donner une très mauvaise image de l'art du tatouage dans la société. C'est pourquoi il est encore aujourd'hui très mal vu d'être tatoué au Japon.

Dans les faits, les yakuza ont hérité leurs traditions des bakuto, membres d'anciens groupes criminels qui utilisaient les tattoos japonais comme rituels. A chaque crime commis, la tradition voulait qu'ils se fassent tatouer un nouveau motif ou une nouvelle partie du corps. Ainsi, plus un criminel était tatoué, plus il était craint et respecté. Chez les yakuza aussi, les tattoos japonais sont devenus des rites d'initiation. Chaque nouveau membre avait l'obligation de se faire tatouer pour montrer son courage, son endurance, sa détermination et son engagement. Les tatouages chez les yakuza servaient aussi à montrer son appartenance à un clan, un peu à l'image des armoiries utilisées par les familles nobles comme signes de distinction. Les motifs choisis symbolisaient les qualités prétendues du groupe qu'ils représentaient : la loyauté, le courage, la puissance, l'obéissance, la force...

Les yakuza les plus « haut placés » sont en général tatoués sur la quasi-totalité du corps. Le tattoo japonais traditionnel adopté par les yakuza a en effet pour caractéristique d'être très imposant. Il part en général du cou, recouvre le dos entier, le torse, une partie des bras, les fesses et une partie des jambes. Chez les yakuza, même si le tatouage est de très large dimension, il doit aussi pouvoir être dissimulé facilement. C'est pourquoi ces derniers gardent certaines zones de peau libres : le visage, les mains, les avant-bras, les pieds et une large ligne au milieu du torse ne sont pas tatouées. Ainsi, le tatouage n'est pas visible lorsqu'ils sont habillés.

Il est important pour les groupes mafieux japonais de privilégier la méthode ancestrale pour la réalisation d'un tatouage yakuza, méthode manuelle qui requiert des années de pratique pour être maîtrisée. Cette technique est appelée la méthode tebori. Elle consiste à utiliser un bouquet d'aiguilles fixé au bout d'un manche en bambou et d'ainsi implanter les pigments un à un sous la peau, sans machine. De rares professionnels japonais maîtrisent encore aujourd'hui ce savoir-faire. Ils utilisent traditionnellement de l'encre de charbon et d'autres pigments de couleur. La méthode tebori est douloureuse et fastidieuse mais elle fait partie intégrante du rituel des yakuzas et de l'honneur que ce marquage indélébile leur apporte. Un tattoo japonais yakuza intégral peut représenter des années de travail et plus de 30 000 euros de dépenses.

Le tatouage yakuza est très coloré et reprend en général des motifs symboliques redondants. Le dragon représente la puissance, le phoenix l'immortalité, le tigre symbolise la force physique, la pivoine la fortune, la chrysanthème l'éternité, la carpe le courage et la fleur de cerisier la fragilité de la vie. La geisha et le samourai sont aussi comptés parmi les motifs les plus fréquents dans le tattoo japonais yakuza.

Fortement ancré dans l'histoire du crime organisé au Japon, le tatouage yakuza s'est peu à peu démarqué pour devenir un style de tatouage à part entière. On trouve aujourd'hui de nombreux modèles de tattoos japonais inspirés des tatouages yakuza. Il existe des tatouages yakuza femmes et des tatouages yakuza hommes qui peuvent recouvrir l'ensemble du corps ou des zones de peau plus restreintes. Tatouage yakuza dos, tatouage yakuza bras, jambes ou tatouage yakuza intégral, tout est possible.

De nos jours, la communauté yakuza a évolué. Ses membres commettent désormais leurs forfaits dans la finance plutôt que dans les rues. Il tendent alors à vouloir se montrer de plus en plus discrets et à laisser de côté les tatouages intégraux. La nouvelle génération préfère se faire tatouer des motifs discrets et contemporains, dans le style tribal ou occidental.